• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une vie en danger

Une vie en danger - Sophie Burelle

Je fus réveillée par les cris de ma mère. Complètement paniquée, elle hurlait pour qu’on vienne l’aider. Je m’étais levée sur-le-champ, et m’étais précipitée dans sa chambre. Quand je suis entrée, je vis une vision d’horreur. Mon père était en train de faire une crise. Il était inconscient, étendu sur le lit, les yeux exorbités, et une énorme quantité de liquide blanc sortant de sa bouche. Sans prendre le temps de calmer ma mère, je lui avais ordonné de prendre toutes les affaires dont on pouvait avoir besoin à l’hôpital, et d’appeler la famille proche pour leur informer de la situation. Entre-temps, j’étais allée frapper à la porte des voisins pour qu’ils m’aident à transporter mon père jusqu’à la voiture. Une demi-heure plus tard, nous étions dans la salle d’attente, morts d’inquiétudes, attendant qu’un médecin vienne nous rassurer.

Une peur bleue

Au bout d’une heure qui nous avait semblée interminable, le médecin était venu nous voir pour nous informer que son état était critique, et qu’il fallait prier pour qu’il s’en sorte. Selon lui, la crise s’était manifestée en raison d’une menace d’AVC. Ils lui avaient administré les médicaments nécessaires, mais il n’était pas encore totalement hors de danger. Peu à peu, les membres de la famille arrivèrent, en premier ma grand-mère, puis mes oncles et tantes. Ma mère était en état de choc, et j’étais consciente que tout le monde était un peu traumatisé étant donné que mon grand-père paternel était mort suite à ce genre de crise, lorsque j’avais trois ans. Entrant dans la chambre d’hôpital, je fus soulagée de voir qu’il dormait paisiblement. Et là, je fondis en larmes et me mis à trembler de tout mon corps, m’effondrant sous le poids des émotions.

Une semaine éprouvante

Deux jours passèrent sans qu’il n’y ait aucune évolution. Il se réveillait quelques minutes, puis basculait de nouveau dans un profond sommeil. Sur son visage, on pouvait lire une extrême fatigue, et pour la première fois, je vis à quel point, il était vieux. Ma mère et moi alternions les tours de garde, et comme notre séjour à l’hôpital se prolongea, je finis par me lier d’amitié avec quelques infirmières, ainsi qu’un spécialiste en chirurgie esthétique que je croisais souvent à la cafétéria de l’hôpital. Quand il avait un peu de temps, il me parlait de son travail et de l’énorme quantité de personnes adeptes d’injection acide hyaluronique à Montréal, et cela me changeait un peu les idées. L’état de mon père s’améliora petit à petit, sous le suivi strict du médecin et finalement, après dix jours, nous pûmes rentrer chez nous en remerciant le ciel que le pire fut derrière nous.

À propos de l’auteur :

author

Je suis une passionnée de lettres. J'aime lire, et surtout, j'aime écrire. J'ai eu envie de créer ce blog pour vous faire part de mon quotidien. Pour vous parler un peu de ma vie, mais aussi, de la vie de ceux et celles que j'aime. De ces gens que j'ai le bonheur de côtoyer sur une base, quasi-quotidienne. J'espère que je saurai vous donner envie de me suivre. Bonne lecture !